Soleils & Cendre

 SOLEILS & CENDRE
revue d'écriture

créée en 1986
130 numéros parus

Comité de rédaction :
Yves Béal
Chantal Bélézy
Marie-Pierre Canard
Isabelle Ducastaing
Claude Niarfeix
Henri Tramoy
Sylviane Werner


99 Bd des Mians
F-84260 Sarrians

mél : solicend@orange.fr
Textes à vif
La revue

Fermer Abonnements

Fermer Ateliers d'écriture

Fermer Les choix d'orientation

Fermer Les choix éditoriaux

Fermer Livrer nos clés

Fermer Nos fondamentaux

Fermer Numéros parus

Fermer Pages marquées

Fermer Projets en cours

Fermer Textes en débat

Nos fondamentaux
Soleils & Cendre livre
quelques aspects de sa personnalité :

  • Un projet en rupture avec l'idéologie dominante de l'écriture, avec une certaine logique académique de la littérature : la revue livre ses enjeux, ses partis-pris, ses concepts. Lire : "NOS FONDAMENTAUX" .
Sept textes sur ce site :

 
 


  • Une invitation au débat : la revue interpelle, pose ses problématiques, met en débat ses points de vue. Lire : "TEXTES EN DEBAT".
Six textes actuellement sur ce site :

 
Les collections

Fermer C'est com'ça qu'on écrit?

Fermer Dessous des cartes

Fermer Et au-dessus la lune

Fermer Le Texte est un Millefeuille

Fermer Les Solicendristes

Fermer Mais encore

Acritique / Re-création
Cette rubrique est destinée à recevoir des textes écrits à partir de spectacles, et qui se démarquent radicalement de la critique. Travail de re-création, par l'écrit, de l'œuvre d'art.
Agenda
Textes Collectifs
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Forum - Ecrire ? - Sujet n°5

Forum - Forum
Ecrire ? - Ecrire ?


actif  Sujet n° 5  Lancement du forum

le 21/10/2007 - 16:49
par Solicend

Anonyme

visiteur

L'écriture : une aventure singulière ?
J'écris : et qu'est-ce que ça change ?

Nous attendons vos contributions à cette nouvelle version de notre forum à partir de ces deux questions de départ. Sous la forme qui vous convient le mieux.
Le comité de rédaction
  Poster une réponse  Haut

[]   

DébutPrécédent [ 1 2 ] SuivantFin
Réponse n° 10
--------
le 08/11/2008 - 15:25
par Leguetteur

Anonyme

visiteur
Moi, de mon côté de la fenêtre, je n'écris pas. Ce qu'il y a là ce ne sont pas des mots. Ce n'est d'ailleurs pas moi qui suis face à la vitre. Je transcris, c'est tout, et c'est si peu comparé à l'immensité de son monde à lui. Les mots n'évoquent rien, les paroles non plus, c'est sa présence qui dit tout.
Il me regarde, je l'écris, vous dis-je, il nous regarde, et il se moque bien de ce qu'on écrit.
Ecrire à Leguetteur   Poster une réponse  Haut
Réponse n° 11
--------
le 13/11/2008 - 14:18
par Peyredolt

Anonyme

visiteur
En écho au Guetteur (message n°10)

Je pourrais être celui qui de ce côté-là de la fenêtre, se moque bien de ce qu’on écrit : quatre coups de crayon qui portraiturent, vont droit au but. Le présent, qui prend le temps au vol ? La présence, qui prend le présent par la taille ?…
Pour l’instant, je prends la pose, en apparence, j’ai l’air d’être. J’endosse aussi une posture, une fonction, le temps de la transcription, bien faite mais vite. Je regarde vers l’intérieur, l'orientation de mon cœur, de mon corps : pour la rencontre, la rencontre elle aim’ tant ça !
J’écoute et regarde. Que se passe-t-il de ce côté-ci de la fenêtre ? Voici que tournoient sensations pures résonantes de douleur, à fleur de plaisir. Voilà que s’affichent des perceptions qui ont couleur de vécu, gravées d’expérience insue, agissantes à bas bruit. Oui, celui-ci dit vrai les mots sont loin de sa présence…
De ce côté-là de la fenêtre, je me demande : les mots, ce que tu crois être les mots, ont-ils existé, ont-ils une existence, quelle chance pour eux dans l’avenir ? Qui le pressent ? Que diraient les mots s’ils avaient en plus la présence ? Qui a pouvoir de favoriser la rencontre entre sens et présence ? Qui le fera ?
  Poster une réponse  Haut
Réponse n° 12
--------
le 17/11/2008 - 19:19
par Leguetteur

Anonyme

visiteur
Par delà la fenêtre, dans la cour, il y a tout plein de choses. Des rêves, des hommes, des femmes. Les images sont parfaitement retranscrites. Peut-être bien qu'il n'y a pas de vitre. On ne sait pas. C'est ce qu'il dit, lui, celui qui ne parle pas, celui qui n'a pas besoin de mots, pas besoin de gestes.
Et nous qui le regardons, et qui utilisons du papier pour transmettre des rêves, des hommes, des femmes, nous ne sommes rien. On a beau ouvrir les yeux, il est impossible de rentrer dans les siens.
C'est l'obstination qui nous pousse à écrire, car nous sommes dans l'impuissance de le comprendre.
Les mots ne suffisent pas quand les coeurs s'ouvrent, les mots ne sont pas là quand il regarde la cour.
Ecrire à Leguetteur   Poster une réponse  Haut
Réponse n° 14
--------
le 25/11/2008 - 21:25
par solicend

Anonyme

visiteur
L'écrit, ce lâché de ballon ou cette rivière de mots que chacun teinte et irise avec les sèves de son feuillage. Comme une charpente décimée, les phrases se rabotent et affinent leurs rugosité. L'écriture n'est ni plus ni moins qu'une scierie de copeaux et de poussières. L'énergie de ses particules nous habite et se perpétue dans la saga de nos vies. […]
Eric Ferber
extrait d'une contribution au séminaire de 2007.
Ecrire à solicend   Poster une réponse  Haut
DébutPrécédent [ 1 2 ] SuivantFin
actif sujet actif   clos sujet clos   Important! Important!   Nouveau Nouveau message   -   Rectifier Rectifier message   Cloturer Cloturer sujet   Remonter Remonter
[]
Catégories de discussion  Forum 


 
W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^