Soleils et Cendre

http://www.soleils-et-cendre.org/

L'historique des collections (Les choix éditoriaux)

 

SOLEILS & CENDRE
revue d’écriture
,

a vu le jour en 1986 à Villefontaine (Isère), du projet commun d’animateurs d’ateliers d’écriture, issus du GFEN (Groupe Français d’Éducation Nouvelle). Enrichi de nouveaux membres, son comité de rédaction s’est dispersé de la Bourgogne à la Provence et à Midi-Pyrennées, en passant par Rhône-Alpes. Il s’agit, pour nous qui animons des ateliers, qui écrivons seuls ou en ateliers, d’aller au bout du processus de création, c’est à dire de socialiser les textes produits.

En 1995, le groupe s’est constitué en maison d’édition associative,

LES SOLICENDRISTES

                 qui, dans sa collection originale, annexée à la revue, servie aux abonnés, produit un livre par an (11 titres au catalogue).

Une nouvelle collection est née en 1998, sous le titre générique « Le texte est un millefeuille » (46 titres au catalogue).

En 1999, face à la nécessité de publier les écrits qui constitueront la matière d’un livre théorique sur l’atelier d’écriture, il est décidé de créer la collection « Dessous des cartes » (3 titres) qui publie, sous forme de brochures, l’état de notre réflexion théorique.

En 2002 s'ouvre la collection "C'est comme ça qu'on écrit ?" (9 titres), pour des textes hors-limites, explorateurs de formes inédites.

2004 voit naître la collection "Mais encore" (4 titres) et en 2005 se crée une nouvelle revue, destinée plus particulièrement aux enfants, "Et au-dessus la lune" (3 numéros parus).

La revue et les collections sont éditées par l'association A.RE.DI.C. et diffusées par abonnement, lors des rencontres et lectures publiques ainsi que dans certaines librairies régionales.

 

Pourquoi des ateliers d’écriture ?


La pratique de l’écriture en atelier constitue un puissant accélérateur, un révélateur du désir et du pouvoir de lire la littérature contemporaine et d’entrer dans la création contemporaine.

Nous affirmons la capacité de tous les hommes à oser l’écriture et le travail de la langue, et à y réussir. Ainsi notre démarche ne se limite pas à la publication d’une revue. Elle s’ancre dans la "proclamation violente" de LAUTRÉAMONT :

«  La poésie doit être faite par tous. Non par un. »

 

Une démarche dynamique

qui s’écrit au cœur des hommes d’hier, d’aujourd’hui et de demain.