Soleils & Cendre

 SOLEILS & CENDRE
revue d'écriture

créée en 1986
130 numéros parus

Comité de rédaction :
Yves Béal
Chantal Bélézy
Marie-Pierre Canard
Isabelle Ducastaing
Claude Niarfeix
Henri Tramoy
Sylviane Werner


99 Bd des Mians
F-84260 Sarrians

mél : solicend@orange.fr
La revue

Fermer Abonnements

Fermer Ateliers d'écriture

Fermer Les choix d'orientation

Fermer Les choix éditoriaux

Fermer Livrer nos clés

Fermer Nos fondamentaux

Fermer Numéros parus

Fermer Pages marquées

Fermer Projets en cours

Fermer Textes en débat

Les collections

Fermer C'est com'ça qu'on écrit?

Fermer Dessous des cartes

Fermer Et au-dessus la lune

Fermer Le Texte est un Millefeuille

Fermer Les Solicendristes

Fermer Mais encore

Agenda
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Ateliers d'écriture - Bleu

Le comité de rédaction de la revue invitait en 2019 ses contributeurs et contributrices à une suite de trois : Bleu, Blanc, Rouge.

Pour Bleu, les dispositifs de création ci-dessous étaient proposés. le numéro (129 de la revue) a vu le jour en avril 2019.

 

BLEU, BLANC, ROUGE, TRILOGIE

 

Tout a une couleur.

Il y a le bleu des horizons à caresser, le blanc de nos pensées absentes, le rouge des colères en mouvement ; le bleu des coups reçus, le blanc de l'impensé naissant, le rouge des soirs finissants ; le bleu de nouvelles impatiences, le blanc des linceuls cachés, le rouge des ivresses coupables.

Réouvrir la trilogie Bleu, blanc, rouge, invite à l'idée que nous sommes inscrits au monde, laissant se déployer ce que chaque couleur implique dans son, dans notre rapport au monde.

Blanc de rage ou rouge de colère ? Blanc d'effroi ou saisi d'une peur bleue ? Tout a une couleur.

Bleu, blanc, rouge, trois états de l'Homme, de ses émotions, trois saveurs de notre être aux tremblements du monde. Pour une écriture qui s'inscrira, successivement, dans un réel aux trois couleurs.



Bleu.jpg


VERS LE BLEU DE LA NUIT

Dispositif d’écriture imaginé par Claude Niarfeix


Nous connaissons tous cette zone moyenne où les songes nourrissent nos pensées et où nos pensées éclairent nos sens...
Gaston Bachelard



1. La couleur bleue évoque-t-elle pour nous un souvenir diffus qui flotte dans une rêverie somnolente ? Elle va se présenter à vous sous trois aspects différents : un visage, une musique, un lieu inhabituel.

2. Vous pourriez, à partir de ce postulat de départ, constituer un stock de mots, disons une dizaine ; et d’expressions, disons deux ou trois. Pour les trois mots que vous ressentez comme les plus intrigants, lancez-vous dans une exploration : a/ par association d’idées ; b/ en triturant les lettres, les sonorités de ces mots, leur matière.

3. Alors vous élaborez un premier texte chaotique où l’inconnu et/ou l’incongru affleureront. Mais vous aurez pris soin auparavant d’étranger certains des mots et expressions (rassemblés dans la mission 2) en les assombrissant.

4. Puisque le bleu est aussi le chemin qui mène de la rêverie au rêve, reprenez votre texte, extrayez-en tous les substantifs et, chaque fois que vous le pouvez, chercher le mot qui est dans l’ombre de celui que vous considérez. Disons cinq ou six mots.

5. Vous en arrivez lentement au bleu profond. Alors réagencez ce dernier matériau en opérant une dématérialisation, ou, plus simplement, un bouleversement du sens apparent.

6. Écrivez alors un deuxième texte : n’avez-vous pas en tête l’insistante antienne selon laquelle tout être, à son terme, s’en va vers le bleu de la nuit, vers le silence et vers la pluie.

Pour éviter la répétition de ce mot dans le numéro qui rassemblera leurs textes, il est vivement conseillé aux auteur-e-s d’utiliser le moins possible le mot BLEU. Voire de l’éviter.


 

L’INEXPÉRIENCE

 

dispositif imaginé par Yves Béal

 

« Les jeunes sont toujours prêts à donner à leurs aînés le bénéfice de leur inexpérience. »

Oscar Wilde

 

Il s’agit de faire quelque chose dont on n’a pas ou très peu d’expérience.

 

1.   Prélever un fragment de quelques lignes dans un ouvrage « loin de soi » (par exemple langue étrangère inconnue, ou langage spécialisé dans un domaine pour soi difficile à comprendre…).

2.   Traiter ce fragment sans se soucier du sens mais comme une matière à scruter d’une manière qui ne nous est pas habituelle : par exemple de droite à gauche, de bas en haut… Retenir de cette scrutation, des mots ou des bribes qui émergent de cette matière.

3.   Tisser ces mots et bribes en un premier texte.

4.   Traiter ce premier texte comme on a traité le fragment premier (voir 2).

5.   Avec la nouvelle matière dégagée, mots et bribes, écrire le second texte.

6.   Éclairer ce texte d’une citation (réelle ou inventée) en rapport avec cette problématique du bleu : l’inexpérience.


 

FAIRE BLEU ET LE DIRE


Propositions imaginées par le collectif Soleils & cendre

 


Ce dispositif d’écriture-réécriture est à géométrie variable.
Nous avons identifié deux sources susceptibles d’en constituer la charpente : la première est un extrait du texte de Jean-Michel Maupoix, Le bleu ne fait pas de bruit, publié en 1993 au Mercure de France (voir ci-dessous) ; la seconde est l’article Catégorie : bleu de Wikipedia qui énonce 48 teintes de bleu (
lien ici).

Le bleu ne fait pas de bruit.
C'est une couleur timide, sans arrière-pensée, présage, ni projet, qui ne se jette pas brusquement sur le regard comme le jaune ou le rouge, mais qui l'attire à soi, l'apprivoise peu à peu, le laisse venir sans le presser, de sorte qu'en elle il s'enfonce et se noie sans se rendre compte de rien.
Le bleu est une couleur propice à la disparition.
Une couleur où mourir, une couleur qui délivre, la couleur même de l'âme après qu'elle s'est déshabillée du corps,  après qu'a giclé tout le sang et que se sont vidées les viscères, les poches de toutes sortes, déménageant une fois pour toutes le mobilier de ses pensées.
Indéfiniment, le bleu s'évade.
Ce n'est pas, à vrai dire, une couleur. Plutôt une tonalité, un climat, une résonance spéciale de l'air. Un empilement de clarté, une teinte qui naît du vide ajouté au vide, aussi changeante et transparente dans la tête de l'homme que dans les cieux.
L'air que nous respirons, l'apparence de vide sur laquelle remuent nos figures, l'espace que nous traversons n'est rien d'autre que ce bleu terrestre, invisible tant il est proche et fait corps avec nous, habillant nos gestes et nos voix. Présent jusque dans la chambre, tous volets tirés et toutes lampes éteintes, insensible vêtement de notre vie.

Jean-Michel Maulpoix © Mercure de France, 1993


Vous trouverez ci-dessous, référées à ces deux documents, six pistes d’écriture ou de réécriture.


PISTE 1 :
Partir d’un texte personnel et le soumettre à une des trois contraintes suivantes de réécriture, empruntées au texte de JM. Maulpoix :
- Le bleu ne fait pas de bruit
- Le bleu est une couleur propice à la disparition
- Indéfiniment, le bleu s’évade
Le sens se construira autour d’une de ces propositions. Il est bien sûr recommandé d’appliquer successivement les trois propositions.


PISTE 2 :
Les trois suggestions de JM. Maulpoix font écho et images. Elles amènent à une compilation de mots par associations d’idées. Ceux-ci sont agencés, de mots en fragments, puis de fragments en texte.


PISTE 3 :
Le bleu ne fait pas de bruit : alors, par contre-pied, quels seraient les bruits du bleu ? On explore, sur le versant matériel de la langue, l’hypothèse des bruits du bleu. Cette matière va nous conduire à l’écriture d’un premier texte.
Le bleu est une couleur propice à la disparition : dès lors pourquoi ne pas faire disparaître du texte, tous les B  puis tous les L. Un lipogramme en B et L est ainsi obtenu.
Indéfiniment, le bleu s’évade : à partir du nuancier des bleus, on choisit les teintes qui nous parlent (les mots qui les désignent), à partir desquelles on construit des anagrammes (complètes ou approximatives) dont la matière va alimenter l’écriture d’un nouveau texte.
Le bleu ne fait pas de bruit : doucement, nous allons entrelacer les deux textes obtenus précédemment, et ainsi construire notre texte final.


PISTE 4 :
Il s’agit de partir d’un texte d’auteur (ou un extrait) et de le soumettre à 5 ou 6 réécritures successives au moyen de contraintes issues du texte de JM. Maulpoix et du nuancier.
Contrainte 1 : Le bleu ne fait pas de bruit (réécriture de silence du texte original pour une forme transformée du texte original)
Contrainte 2 : On applique une nuance de bleu au choix, cohérente avec l’esprit du texte transformé et susceptible d’en renforcer l’esprit. On obtient un nouveau texte.
Contrainte 3 : Le bleu est une couleur propice à la disparition (nouvelle réécriture, de disparition cette fois).
Contrainte 4 : À ce nouvel état du texte, on applique une deuxième nuance de bleu, cohérente avec l’esprit qui s’en dégage désormais. On s’attache dans cette phase à structurer le sens.
Contrainte 5 : Indéfiniment le bleu s’évade. Nouvelle réécriture en utilisant cette phrase comme contrainte. En même temps, on densifie le sens.
Contrainte 6, si et seulement si nécessaire : On applique une troisième nuance de bleu au texte obtenu, dans le seul but d’en renforcer le sens.

PISTE 5 :
À partir de chacun des paragraphes du texte de JM. Maulpoix, on laisse venir des mots, des bribes, qui peu à peu s’organisent en trois textes de quelques lignes.
Puis on tire au sort trois nuances de bleu qu’on va travailler par association d’idées. Après quoi, au sein de la matière produite, par un nouveau tirage au sort, on va rassembler, à partir de quelques-uns des mots obtenus, un matériau complémentaire : cette fois dans la matérialité de la langue.
Chacun des trois textes obtenus en phase première sera retravaillé avec l’une des trois couleurs et en écho à l’une des propositions de JM. Maulpoix. Avant d’être fondus en un texte unique.

PISTE 6 :
On s’imprègne du texte de JM. Maulpoix. On se l’approprie à sa façon pour une déclinaison du bleu en cinq jets brefs, cinq fragments.
On va maintenant insuffler, injecter, dans chacun de ces fragments, une nuance de bleu, celle qui semble le mieux correspondre à chacun d’eux. Cinq fragments, cinq nuances.
Pour cela et pour chaque nuance choisie, on explore la langue, par association d’idées. C’est la matière ainsi obtenue qu’on va insuffler au cœur de chaque fragment afin d’y renforcer la matérialité du bleu, l’impression de bleu.


Date de création : 09/04/2019 - 18:05
Dernière modification : 09/04/2019 - 18:12
Catégorie : Ateliers d'écriture
Page lue 743 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Textes à vif
Nos fondamentaux
Soleils & Cendre livre
quelques aspects de sa personnalité :

  • Un projet en rupture avec l'idéologie dominante de l'écriture, avec une certaine logique académique de la littérature : la revue livre ses enjeux, ses partis-pris, ses concepts. Lire : "NOS FONDAMENTAUX" .
Sept textes sur ce site :

 
 


  • Une invitation au débat : la revue interpelle, pose ses problématiques, met en débat ses points de vue. Lire : "TEXTES EN DEBAT".
Six textes actuellement sur ce site :

 
Acritique / Re-création
Cette rubrique est destinée à recevoir des textes écrits à partir de spectacles, et qui se démarquent radicalement de la critique. Travail de re-création, par l'écrit, de l'œuvre d'art.
Textes Collectifs
W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^